Comment avoir l’Alzheimer; le guide à suivre

Adaptation du livre : The end of Alzheimer de Dale Bredesen MD.

Pourquoi voudrais-je avoir l’Alzheimer? Évidemment, vous ne voulez probablement pas, mais en regardant tous les facteurs qui contribuent au développement et à la progression de l’Alzheimer, vous allez comprendre comment le prévenir. Connaître tous les facteurs qui contribuent à cette maladie va probablement vous faire réaliser que vous êtes l’acteur principal pour prévenir celle-ci.

OK, voici comment le tout commence :

21 : 00 pm

Comme moi, parfois vous travaillez tard le soir et vous avez envie d’une collation avant d’aller au lit. Vous préférez probablement choisir un aliment sucré, ce qui fait une montée importante de votre niveau d’insuline immédiatement avant le coucher. Cette montée d’insuline va demeurer haute pendant que vous dormez. Peut-être que vous allez vous coucher après minuit et que vous allez mal dormir à cause d’une apnée du sommeil non diagnostiquée (parfois un problème dû à un surplus de poids).

5 :30 AM

Toutefois, vous vous levez tôt après avoir eu très peu de sommeil. Vos pieds touchent à peine le plancher que le sentiment de stress vous emporte juste en appréhendant votre journée. Vous prenez votre déjeuner habituel: un muffin au chocolat, un grand verre de jus d’orange, un grand café avec du lait écrémé – ainsi vous avez une dose d’inflammation via les produits laitiers et vous prenez également un autre pas vers la résistance à l’insuline avec le sucre naturel du lait et celui compris dans le jus d’orange et le muffin. Vous augmentez probablement votre perméabilité intestinale (les trous dans le système digestif) avec cette consommation de gluten via le muffin. Ah oui, sans parler des reflux que ces aliments vous occasionnent, alors vous prenez un médicament pour réduire l’acidité de l’estomac. Même si cette réduction d’acidité va diminuer votre absorption de nutriments dont le zinc, le magnésium et la vitamine B12 (sans oublier que ce sont des nutriments importants pour la santé de votre cerveau). Après vous prenez votre statine, une excellente façon pour réduire votre niveau de cholestérol et ainsi augmenter le risque d’une atrophie du cerveau.  
À oui et on fait toutes ces actions en moins de 12 heures après avoir mangé tard la veille. Ceci signifie que le corps n’a jamais une période de jeûne qui induit l’autophagie (processus naturel du corps pour éliminer les mauvaises cellules) et de retirer les débris accumulés dans le corps.

7 :00 AM

Par la suite, vous sautez dans votre auto, pour être sûr de ne pas faire d’exercice avant le travail et ainsi minimiser votre exposition au soleil. Pour être sûre de ne pas avoir suffisamment de vitamine D dans le sang, ne pas aller au soleil et porte des vêtements qui réduisent l’exposition de votre peau au soleil sont les choses à faire. Puisque vous êtes stressés et irritables dus au manque de sommeil, on va éviter les interactions avec notre patron et les collègues désagréables. Quand votre taux sucre «crash» en plein milieu de l’avant-midi, vous allez dans la salle d’employés où un gentil collègue a laissé une boîte de beignes à partager. Après cela, le dîner?

12 :00 pm

Je n’ai pas eu le temps de m’arrêter pour manger, mais un sandwich de la cafétéria – pain blanc, de la dinde injectée d’hormones et plein d’antibiotiques – yum pourquoi pas?

Besoin d’une alternative? Que pensez-vous du thon rempli de mercures?  N’importe quoi puisque la salade ne semble pas appétissante.

Accompagnez le repas avec un coke pour bien détruire votre microbiote et d’envoyer une dose de fructose au foie pour embellir la situation avec peut-être un foie gras. Maintenant, terminons le repas avec un brownie pour avoir notre dose de gras trans et surtout pour minimiser notre concentration de gras oméga-3 dans le sang.

Jusqu’à maintenant nous avons fait du bon travail pour développer notre maladie d’Alzheimer.

Par contre, si nous voulons nous rendre plus rapidement, pourquoi ne pas ajouter par-dessus tout cela, une cigarette? Ceci va diminuer l’arrivée de l’oxygène à vos tissus (ce qui inclut le cerveau) et envoyer plein de produits toxiques dans votre sang. D’un autre côté, pas besoin de vous laver les dents ou de passer la soie dentaire! Qui se soucie d’une mauvaise hygiène buccale? Ne pas se laver les dents peut promouvoir de l’inflammation systémique et détruire la barrière protectrice contre le cerveau pour la bactérie P. gingivalis.

Il est 3 :00 pm

Notre baisse de concentration après le repas du midi nous envoie vers la machine distributrice pour prendre un bonbon. Ben quoi! Vous avez travaillé très fort aujourd’hui, vous méritez une récompense. Avec cette gâterie, pourquoi ne pas ajouter un cappuccino avec du sucre? Le sucre et le gras ont été votre seul exercice de la journée (et aussi de plusieurs autres jours, mais chut!). Mais qui a le temps de faire de l’exercice fréquemment?

17 :00

Finalement, c’est l’heure de rentrer à la maison tout en chialant au volant : Pourquoi le gars en avant fou les brakes tout le temps! Maintenant que votre tension sanguine est élevée ce qui va rendre votre barrière hématoencéphalique aussi poreuse qu’une passoire. D’ailleurs, c’est justement l’instrument que vous prévoyez utiliser ce soir pour vos pâtes remplies de gluten. À bien y penser, allons chercher du resto via le service à l’auto : une grosse portion de frites. Une source parfaite de glycation (AGE), de gras trans, d’amidons de patates qui augmente votre niveau d’insuline, une huile oxydée qui contient très peu de vitamine E et une source d’acrylamide (un composé toxique) pour être sûr de contribuer à votre l’Alzheimer.

Pourquoi ne pas ajouter à cela un hamburger qui contient une dose de maïs puisque ce n’est pas un bœuf nourri à l’herbe. Le maïs est évidemment élevé en oméga-6 (produit pro-inflammatoire) et faible en gras oméga-3 (produit anti-inflammatoire). Dans le burger, ajoutons un coulis de maïs à haute teneur en fructose via le ketchup. Mettez cette boulette entre deux pains avec du gluten pour parfaitement créer des trous dans votre système digestif et ainsi affaiblir votre barrière hématoencéphalique.

18 :00

Enfin à la maison! Ignorez l’odeur de moisissures qui vous vient aux narines. Écrasez-vous dans votre sofa devant votre émission préférée de Netflix pourvu que vous n’ayez pas trop de stimulations mentales ou physiques. Anyway, le tennis et le soccer c’est pour les enfants!

Vous pouvez atteindre la journée parfaite pour avoir l’Alzheimer en ajoutant un ou trois Margaritas pour relaxer afin d’accompagner votre gâteau au fromage. Vous tombez endormi devant la télévision avec la lumière ouverte.

Vous savez sans doute que ce mode de vie répété tous les jours peut nuire et participer au développement de l’Alzheimer. On peut en rire, mais cette journée typique ressemble bel et bien à plusieurs vies que certains mènent.

Mais pas de panique!

La seule mauvaise nouvelle est que plus vous vous voyez dans ce mode de vie décrit, vous risquez gros à commencer avec un risque d’un déclin cognitif.

Par contre, si vous éliminez ces facteurs en changeant la façon que vous vivez, votre cerveau ne sera pas obligé de produire des plaques amyloïdes associées à l’Alzheimer.

Le déclin cognitif est largement dû à ces facteurs fondamentaux : l’inflammation, le manque de nutriments, un débalancement hormonal et une exposition à des molécules problématiques (toxiques). L’Alzheimer est une maladie qui se développe afin de se protéger contre ces facteurs. La bonne nouvelle est que tous ces facteurs sont modifiables et le plus tôt est le meilleur.

Kampaï!

Références :

  • Bredesen, D.E., The end of alzheimer’s first program to prevent and reverse cognitive decline, 2017, 307 pages.
  • Kristen E. D’Anci, Kara L. Watts, Robin B. Kanarek, Holly A. Taylor. Low-carbohydrate weight-loss diets. Effects on cognition and mood. 2009(96-103).
  • Lange KW, Lange KM, Makulska-Gertruda E, Nakamura Y, Reissmann A, Kanaya S, et al. Ketogenic diets and Alzheimer’s disease. Food Science and Human Wellness. 2017;6(1):1-9.
  • Suzanne M. de la Monte. Chapter 4 The Full Spectrum of Alzheimer’s Disease Is Rooted in Metabolic Derangements That Drive Type 3 Diabetes. 2019:45-83.
  • Taylor MK, Sullivan DK, Mahnken JD, Burns JM, Swerdlow RH. Feasibility and efficacy data from a ketogenic diet intervention in Alzheimer’s disease. Alzheimer’s & Dementia: Translational Research & Clinical Interventions. 2018.
  • Seneff S, Wainwright G, Mascitelli L. Nutrition and Alzheimer’s disease: The detrimental role of a high carbohydrate diet. European Journal of Internal Medicine. 2011;22(2):134-40.
  • Vitek MP, Bhattacharya K, Glendening JM, Stopa E, Vlassara H, Bucala R, et al. Advanced glycation end products contribute to amyloidosis in Alzheimer disease. Proceedings of the National Academy of Sciences. 1994;91(11):4766-70.
  • Abad-Rodriguez J, Ledesma MD, Craessaerts K, Perga S, Medina M, Delacourte A, et al. Neuronal membrane cholesterol loss enhances amyloid peptide generation. The Journal of Cell Biology. 2004;167(5):953-60.
  • Geroldi C, Frisoni GB, Paolisso G, et al. Insulin resistance in cognitive impairment: The inchianti study. Archives of Neurology. 2005;62(7):1067-72.
  • West R, Beeri MS, Schmeidler J, Hannigan CM, Angelo G, Grossman HT, et al. Better Memory Functioning Associated With Higher Total and Low-Density Lipoprotein Cholesterol Levels in Very Elderly Subjects Without the Apolipoprotein e4 Allele. The American Journal of Geriatric Psychiatry. 2008;16(9):781-5.
  • Yaffe K, Lindquist K, Schwartz AV, Vitartas C, Vittinghoff E, Satterfield S, et al. Advanced glycation end product level, diabetes, and accelerated cognitive aging. 2011;77(14):1351-6.
  • Ailshire JA, Crimmins EM. Fine Particulate Matter Air Pollution and Cognitive Function Among Older US Adults. American Journal of Epidemiology. 2014;180(4):359-66.
  • Naoki saji, shumpei Niida, Kenta Murotani, takayoshi Hisada, tsuyoshi tsuduki, taiki sugimoto, et al. Analysis of the relationship between the gut microbiome and dementia: a cross-sectional study conducted in Japan. Scientific RepoRts 2019;9(1008):1-9.
  • Emeran A. Mayer, Tor Savidgem, Robert J. Shulman. Brain–Gut Microbiome Interactions and Functional Bowel Disorders. 2014;46:1500-12.
  • Steen G. Hasselbalch, Gitte M. Knudsen, Johannes Jakobsen, Lars Pinborg Hageman, Soren Holm, Olaf B. Paulson. Brain Metabolism During Short-Term Starvation in Humans. Journal of Cerebral Blood Flow and Metabolism. 1994;14:125-31.
  • Sandro Dragoab, Ramzi El Asmara, Mariarosaria Di Pierroab, Maria Grazia Clementea, Amit Tripathi Anna Saponea, Manjusha Thakara, et al. Gliadin, zonulin and gut permeability: Effects on celiac and non-celiac intestinal mucosa and intestinal cell lines. Scandinavian Journal of Gastroenterology. 2006;41:408-19.
  • Stephen J. Genuis, Rebecca A. Lobo. Gluten Sensitivity Presenting as a Neuropsychiatric Disorder. Gastroenterology Research and Practice. 2014;2014:1-6.
  • A Daulatzai M. Non-celiac gluten sensitivity triggers gut dysbiosis, neuroinflammation, gut-brain axis dysfunction, and vulnerability for dementia. CNS & Neurological Disorders-Drug Targets (Formerly Current Drug Targets-CNS & Neurological Disorders). 2015;14(1):110-31.
Vous aimez? Partagez!
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Intestin perméable?

Lisez le eBook de Valérie!

Nous ne vendons pas votre courriel à un tier

Retour haut de page