Est-ce que mon système digestif me rend malade et obèse?

Il est très possible que plusieurs parmi vous souffrent (ou avez déjà souffert) de problèmes reliés au système digestif comme le syndrome du côlon irritable, des ballonnements, de la constipation, de la diarrhée, des maux d’estomac, des reflux, des gaz, etc. Savez-vous que vous n’êtes pas les seuls, car plus de 20 millions de Canadiens souffrent de problèmes digestifs chaque année. Ceci représente 60% de la population1. Vous allez dire : «me semble que c’est beaucoup!». Je comprends, mais je ne sais pas pour vous, il est assez rare ou plaisant de parler de nos selles, nos gaz et de nos ballonnements aux autres, c’est comme un sujet TABOU! ☺

En plus, savez-vous que l’absence au travail et les raisons de consultation chez les médecins sont souvent reliées aux problèmes digestifs.

La plupart des professionnels de la santé n’ont malheureusement pas appris à quel point comment un système digestif débalancé peut impacter le corps au complet. Par exemple, un système digestif débalancé peut provoquer des allergies saisonnières, de l’arthrite, des maladies auto-immunes, de l’urticaire, de l’eczéma, de l’acné, de la fatigue chronique, des changements d’humeur, un débalancement hormonal, de la démence, des migraines, un cancer, des douleurs chroniques et même plus encore2-6. Il est également possible que vous n’ayez aucun symptôme digestif, mais que le problème provienne de cet endroit. J’ai eu plusieurs patients où leurs symptômes n’avaient aucun rapport avec des gaz, des ballonnements ou des selles anormales, mais qu’en misant sur leur système digestif, ils ont vu une nette amélioration de leurs symptômes.

Aussi, lorsque le système digestif est désordonné, il cause un « stress » biochimique ce qui ne donne pas de bons signaux aux hormones comme au cortisol (hormone qui a tendance à mettre le corps sur le mode « stockage de gras »).

Avoir un système digestif en santé ne signifie pas de ne pas avoir de gaz ou de ballonnements. C’est l’organe le plus gros de votre corps et il est connecté avec TOUT! C’est pourquoi il est d’une extrême importance d’adresser ces problèmes chroniques en réparant le tube digestif en premier au lieu de masquer chaque symptôme avec un supplément, un aliment ou un médicament.  

La santé de votre système digestif va déterminer les nutriments qui seront absorbés et quelles toxines ou microbes qu’il ne veut pas avoir dans son système. On s’attend à ce que l’intestin absorbe tout ce que nous lui donnons. Malheureusement, l’absorption peut être interférée par plusieurs facteurs.

VOUS N’ÊTES PAS CE QUE VOUS MANGEZ, MAIS CE QUE VOUS ABSORBEZ!

Tout d’abord, dans votre gros intestin (dernier tube qui mène à l’anus), il y a des bactéries. Dans les faits vous avez plus de 90% de cellules bactériennes que de cellules humaines dans tout le corps réuni. C’est réellement le party de bactéries dans ce gros intestin. Party où ces bactéries vont aider à la digestion, à la production de vitamines, réparer l’intestin, se battent contre des infections et régulariser vos hormones7. Tout cela pour garder le corps en santé.

Cependant, la flore intestinale (qui réunit la présence de bonnes et de mauvaises bactéries dans le gros intestin) peut être déséquilibrée par plusieurs facteurs : prise de médicaments (comme les antibiotiques), la fumé, l’alcool, l’alimentation, le type d’activité physique8 et tous les antécédents de votre vie (stress, naissance, alimentation, médication… et même plus) 9! Tout cela va diminuer les bonnes bactéries et aider les mauvaises à proliférer ce qui peut mener à une mauvaise réponse de votre corps.

Par la suite, il est souhaitable d’avoir de bonnes bactéries dans l’intestin, car c’est là que se retrouve vos anticorps, soit votre système immunitaire10-12. Ceci vous permet de vous battre contre les infections et les toxines de l’environnement.

Un individu qui n’a pas assez de bonnes bactéries et trop de mauvaises peut avoir un impact sur sa barrière intestinale et amener la formation de trous dans l’intestin13. Nous nommons ce phénomène l’intestin perméable («leaky gut» en anglais)14. Cette production de trous dans l’intestin peut vous rendre allergique ou intolérant à certains aliments où avant vous n’aviez aucun problème à bien les digérer15. Aussi, cette formation de trous, à long terme, va probablement vous rendre malade, faire suractiver votre système immunitaire et augmenter la production d’inflammation16.

Enfin, votre système digestif est votre 2e cerveau. Savez-vous que votre système digestif produit plus de neurotransmetteurs que votre cerveau lui-même17? Des messages voyagent constamment entre votre intestin et votre cerveau et ceux-ci peuvent être interfèrés par un intestin débalancé.

Pour réparer le tout, vous devez entre autres enlever ce qu’il y a en trop et donner au corps ce qu’il manque18.
Comme vous remarquerez, votre système digestif a beaucoup à gérer et vous devez en prendre soin.

Comme l’a si bien dit Hippocrate (père de la médecine) :

« All disease begins in the gut » (« Toutes les maladies commencent dans le système digestif »)

Alors, posez-vous des questions, est-il possible que mon problème chronique soit relié avec la santé de mon système digestif?

 

  1. Fondation Canadienne de la santé digestive. Statistiques, http://cdhf.ca/fr/statistiques, visité le 29 septembre 2016. 2016.
  2. M. CAMILLERI, K. MADSEN, R. SPILLER, B. G.VAN MEERVELD, G. N.VERNE. Intestinal barrier function in health and gastrointestinal disease. Neurogastroenterol Motil. 2012;24:503-12.
  3. Susanne M. Krug, Jörg D. Schulzke, Michael Fromm. Tight junction, selective permeability, and related diseases. Seminars in Cell & Developmental Biology. 2014:1-11.
  4. Fasano A, Shea-Donohue T. Mechanisms of Disease: the role of intestinal barrier function in the pathogenesis of gastrointestinal autoimmune diseases. Nat Clin Pract Gastroenterol Hepatol. 2005;2(9):416-22.
  5. Spirit Fa. Leaky gut is connected to hormonal imbalance. Gynecol Endocrinol. 2014;24:1-4.
  6. Veena Taneja. Arthritis susceptibility and the gut microbiome. FEBS Letters. 2014:1-6.
  7. Jeroen Raes. The gut microbiome – a new target for understanding, diagnosing and treating disease. Archives of Public Health. 2014;72(1).
  8. Kim van Wijck, Kaatje Lenaerts, Joep Grootjans, Karolina A. P. Wijnands, Martijn Poeze, Luc J. C. van Loon, et al. Physiology and pathophysiology of splanchnic hypoperfusion and intestinal injury during exercise: strategies for evaluation and prevention. Am J Physiol Gastrointest Liver Physiol. 2012;303:G155-G68.
  9. Sya N. Ukena, Anurag Singh, Ulrike Dringenberg, Regina Engelhardt, Ursula Seidler, Wiebke Hansen, et al. Probiotic Escherichia coli Nissle 1917 Inhibits Leaky Gut by Enhancing Mucosal Integrity. PLoS ONE. 2007;2(12):1-9.
  10. Rachel C Anderson, Adrian L Cookson, Warren C McNabb, Zaneta Park, Mark J McCann, William J Kelly, et al. Lactobacillus plantarum MB452 enhances the function of the intestinal barrier by increasing the expression levels of genes involved in tight junction formation. BMC Microbiology. 2010;10(316):1-11.
  11. Julia B. Ewaschuk, Hugo Diaz, Liisa Meddings, Brendan Diederichs, Andrea Dmytrash, Jody Backer, et al. Secreted bioactive factors from Bifidobacterium infantis enhance epithelial cell barrier function. Am J Physiol Gastrointest Liver Physiol. 2008;295:G1025-G34.
  12. Mayer L. Mucosal immunity. Pediatrics. 2003;111(6 Pt 3):1595-600.
  13. Guo Hua Liang, Christopher R Weber. Molecular aspects of tight junction barrier function. Current Opinion in Pharmacology. 2014;19:84-9.
  14. Camilleri M, Lasch K, Zhou W. Irritable Bowel Syndrome: Methods, Mechanisms, and Pathophysiology. The confluence of increased permeability, inflammation, and pain in irritable bowel syndrome. American Journal of Physiology – Gastrointestinal and Liver Physiology. 2012;303(7):G775-G85.
  15. John Molloy, Katrina Allen, Fiona Collier, Mimi L. K. Tang, Alister C. Ward, Peter Vuillermin. The Potential Link between Gut Microbiota and IgE-Mediated Food Allergy in Early Life. International Journal of Environmental Research and Public Health. 2013;10:7235-56.
  16. Ford AC, Talley NJ. Mucosal inflammation as a potential etiological factor in irritable bowel syndrome: a systematic review. Journal of Gastroenterology. 2011;46(4):421-31.
  17. Emeran A. Mayer, Tor Savidgem, Robert J. Shulman. Brain–Gut Microbiome Interactions and Functional Bowel Disorders. Gastroenterology. 2014;46:1500-12.
  18. De-Souza DA, Greene LJ. Intestinal permeability and systemic infections in critically ill patients: effect of glutamine. Obes Rev 2006;7(2):219-26.
Vous aimez? Partagez!
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page