Que mangez-vous réellement?

Nous avons un enjeu très important aujourd’hui celui de produire plus et plus vite… avec moins!

Que ce soit votre viande, vos légumes ou votre type de gras, plusieurs questions devraient se poser auprès des fournisseurs afin de réellement savoir de quoi sont-ils composés?

Dans l’agriculture nord-américaine, des hormones et des antibiotiques sont administrés via la nourriture aux animaux comme les bovins, la volaille et le porc. L’usage des antibiotiques est non seulement pour soigner l’animal, mais surtout utilisé comme un agent anabolisant. En effet, nous savons aujourd’hui que les antibiotiques aident à engraisser l’animal. Tout simplement pour accélérer la croissance de l’animale au maximum en donnant moins de nourriture.
Une pratique qui inquiète plusieurs personnes surtout concernant la résistance accrue des bactéries aux antibiotiques traditionnels. Oui, les bactéries dans le système digestif des animaux peuvent créer une résistance aux antibiotiques administrés et lorsqu’une maladie se développe, ces mauvaises bactéries peuvent alors être résistantes aux antibiotiques étant donné qu’ils sont toujours exposés.

Aussi, il est possible que cette dose d’antibiotiques administrée à l’animal affecte la résistance des bactéries de l’humain également. Ceci est sans compter les doses d’antibiotiques fréquemment prescrites à l’humain pour parfois aucune raison qui amplifie le risque de résistances aux antibiotiques.

À l’égard des hormones administrées aux animaux, il y a 3 hormones sexuelles naturelles utilisées soit l’œstradiol, la progestérone et la testostérone. Enfin, d’autres hormones artificielles peuvent également être administrées.
Évidemment, les doses administrées sont perçues sécuritaires par Santé Canada, car la quantité résiduelle qui va être consommée par l’humain serait tellement minime. L’Union européenne fait partie des rares à avoir interdit cet usage d’hormones chez les animaux puisqu’il demeure hostile à l’idée.
Les principales raisons sont entre autres que les hormones sexuelles sont associées à divers cancers et pourraient avoir des effets indésirables chez les enfants prépubères.

D’ailleurs, un rapport du Danemark, pays faisant partie de l’Union européenne, n’a démontré aucun impact négatif sur la vitesse de production ou sur l’augmentation de morbidité en n’utilisant pas d’antibiotiques ou des hormones dans l’élevage des animaux. Peut-être qu’un jour la situation sur l’usage d’antibiotiques et d’hormones au Canada changera, mais pour le moment l’usage est toujours en cours.

C’est pourquoi je suggère fortement de choisir la viande biologique où il est interdit pour l’agriculteur d’utiliser des hormones ou des antibiotiques. Rappelez-vous que c’est avec votre argent que vous votez. Les changements se font avec la force de la masse, plus les gens demanderont des produits biologiques, plus ils seront offerts et probablement à meilleur prix.

Les viandes biologiques vs conventionnelles

La viande biologique

Aucun antibiotique, hormone ou pesticide n’est donné aux animaux

  • Le bétail reçoit strictement de la nourriture biologique
  • Les maladies sont prévenues par des méthodes naturelles (laver leur logement sanitaire, faire la rotation du pâturage, bonne alimentation)
  • Le bétail doit avoir un accès à l’extérieur

La viande conventionnelle

Usage régulier d’antibiotiques, d’hormones et nourri avec des herbes qui contiennent des pesticides

  • Le bétail reçoit des hormones de croissance pour favoriser une croissance plus rapide
  • Des antibiotiques et des médicaments sont donnés pour prévenir des maladies chez le bétail
  • Le bétail peut ou peut ne pas avoir un accès à l’extérieur.  

La certification biologique ce n’est pas de la foutaise ?

Pour qu’un fermier obtienne la certification biologique, il a des méthodes agricoles et d’élevage à respecter. Évidemment, le sol ne doit pas avoir eu de modification, il n’y a aucun usage de pesticides, d’organismes génétiquement modifiés (OGM), aucun engrain à base de pétrole ou autres agents. Voici un tableau comparatif sur les bases de la certification ou non biologique:

Biologique vs conventionnel

Production biologique

Aucun usage de pesticides

  • Production avec des fertilisants naturels (fumier, compost)
  • La mauvaise herbe est contrôlée naturellement (rotation des grains, désherbage à la main, paillage et labourage)
  • Le contrôle des insectes est fait en utilisant des méthodes naturelles (oiseaux, bons insectes, pièges)  

Production conventionnelle

Usage de pesticides

  • Production faite avec des fertilisants chimiques ou synthétiques
  • La mauvaise herbe est contrôlée par des herbicides chimiques
  • L’usage d’insecticides permet de gérer les ravageurs et les maladies  

Chaque pays a des normes spécifiques sur la régularisation de la certification biologique. Vous voulez retrouver ces sceaux d’approbation pour assurer que le produit est biologique. Cette certification biologique doit être reconnue par le CARTV (Conseil des appellations réservées et des termes valorisants). Pour les produits qui proviennent de l’extérieur du pays doivent porter le nom d’un des organismes de la liste des certificateurs accrédités :

Les produits biologiques provenant du Québec quant à eux sont représentés par 2 logos accrédités par le CARTV.

Enfin, les produits biologiques qui proviennent du Canada sont indiqués par ce logo. Ce logo signifie que l’aliment est produit au moins avec 95% des ingrédients biologiques.

La viande problématique pour l’environnement?

La raison pour laquelle nous faisons sans cesse référence à diminuer votre consommation de viande pour l’environnement est principalement dû à l’alimentation donnée aux animaux. Dans le monde, environ un tiers de la production agricole céréalière est destinée à l’alimentation animale. Au Canada, c’est plus de 75%, selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). Aussi, à l’égard de l’usage d’eau pour cette agriculture céréalière, les estimations se situent autour de 100 000 litres pour produire un kilo de viande de bœuf. Donc, autant de ressources gaspillées pour un peu de viande.

Ce qu’on ne vous dit pas…

Nul besoin de devenir végétarien pour sauver la planète!
Vous devez savoir que le système digestif d’un bœuf est conçu pour manger des végétaux comme de l’herbe ou de la luzerne. Cette action permet du même coup un rôle de régularisation pour les hectares de prairies, permet un entretien des paysages et assure une biodiversité.

Eh oui! Savez-vous qu’il existe des animaux qui sont nourris à l’herbe et que cette action permet une meilleure durabilité des ressources.

Aussi, les quantités de viande souvent bien trop grandes pour un repas n’a aucun sens lorsque nous regardons les besoins nécessaires. Vous avez seulement besoin de la grosseur de votre paume de main en viande par repas et au moins la moitié de l’assiette en légumes. Proportionnellement parlant, vous mangez plus de végétaux que de viande. Ainsi, vous devez considérer votre viande comme un condiment à votre repas et non comme le repas principal.

Les avantages d’une viande biologique nourris à l’herbe

La durabilité pour l’environnement
Comme mentionné ci-dessous, la viande nourrie à l’herbe permet d’assurer entre autres la régularisation des hectares de prairies et utilisent moins de ressources.

La saveur

Un point très subjectif puisque tout le monde a des goûts différents. Cependant, une coupe de viande biologique comparativement à une même coupe de viande, mais issue d’agriculture conventionnelle n’obtiendra pas la même proportion de tissus musculaires et de tissus de graisses. Un animal engraissé rapidement aura nettement plus de gras que de tissus musculaires comparativement à un animal qui grossit plus lentement et qui a la chance de bouger. Faites le test d’une viande biologique, vous m’en redonnerez des nouvelles. 😉

La santé

En plus de ne pas donner au corps des antibiotiques et des hormones qui détruisent votre flore intestinale. La viande biologique contient plus d’oméga-3. Un gras essentiel pour le bon fonctionnement du corps.  

Où choisir la viande biologique

Évidemment, acheter de la viande biologique peut parfois être très dispendieux. Alors, il y a certains endroits qui peuvent être favorisés pour faire quelques économies. Personnellement, il m’arrive d’appeler des compagnies de viandes biologiques pour passer une grosse commande directement avec eux. La plupart offrent des points de chute dans les régions pour vous livrer votre commande.

Voici quelques fermes québécoises biologiques :

  • Les fermes Rheintal
  • Les fermes Charlevoix
  • Les fermes Crépuscule
  • Les fermes Breton
  • Les fermes St-Vincent
  • La ferme Lufa (s’assurer de choisir biologique, car il existe la version non-biologique)
  • www.monepicierbio.com      

Et le poisson dans tout cela?

Ce n’est pas une bonne idée de ne plus jamais manger de la viande et de manger seulement du poisson. Le poisson est pratiquement un poison dû à la pollution industrielle et agricole dont le mercure et des organochlorés (BPC, DDT, Dioxines, etc.), qui se retrouvent dans les cours d’eau et par conséquent dans les poissons. Cette quantité de polluants dans le poisson s’accumule sans cesse et c’est pourquoi certains poissons de la chaîne alimentaire qui mangent d’autres poissons pollués se retrouvent avec encore plus de polluants.

Voici un tableau des poissons et leurs risques de contamination:

Le moins de mercure
Mercure modéré
Mercure élevé
Le plus concentré
en mercure
Anchois
Poisson-chat
Palourde
Crabe (domestique)
Langouste/ écrevisse
Flétan
Aiglefin (Atlantique)
Merlu
Hareng
Maquereau (N. Atlantique)
Mulet
Huître
Perche (océan)
Plie
Goberge
Saumon (en conserve)
Saumon (Frais)
Sardine
Pétoncle
Crevette
Sole (Pacifique)
Calmars
Tilapia
Truite (eau douce)
Corégone
Merlan
Carpe
Morue (Alaska)
Flétan (Atlantique)
Flétan (Pacifique)
Homard
Mahi-mahi
Lotte
Perche (eau douce)
Morue charbonnière
Vivaneau
Thon (morceau en conserve)
Thon (listao)
Acoupa (truite de mer)
Tassergal
Mérou
Maquereau (espagnol, Golfe)
Sea Bass (Chili)
Thon (conserve albacore)
Thon (à queue jaune)
Maquereau (King)
Makaire
Hoplostète orange
Requin
Espadon
Bar
Thon (Bigeye, Ahi)

Veuillez prendre en note, qu’il y a des recommandations auprès du thon pâle en conserve. Le thon fait partie des poissons assez gros qui mangent d’autres poissons contaminés. Soyez prudent si vous avez l’habitude de manger une conserve de thon tous les jours.

Poissons d’élevages vs sauvages

Un poisson sauvage signifie qu’il a été pêché en haute mer dans l’océan tandis qu’un poisson d’élevage signifie que nous le gardons en captivité et que c’est l’humain qui le nourrit et qui favorise sa reproduction.

Certaines pratiques des poissons d’élevage via l’humain peuvent déranger les habitats marins et ces pratiques ont été entreprises sans regarder les impacts à long terme sur la durabilité de la ressource et sur l’environnement. Aussi, les poissons d’élevage connaissent également un usage de pesticides via la nourriture qu’ils reçoivent qui peut nuire au poisson, à la contamination de l’eau et à notre santé. Aussi, les poissons d’élevage sont entre autres nourris de BPC et d’organochlorés puisqu’ils reçoivent des sous-produits d’autres poissons qui sont eux-mêmes contaminés. Encore là, selon Santé Canada, la teneur en contaminants est très inférieure à celle qu’il juge dangereuse.

Maintenant, les fruits et légumes biologiques dans tout cela ?

Meilleur pour la santé ?

Quelques études tentent de démontrer que les fruits et légumes biologiques contiennent des niveaux plus élevés de vitamine C, de minéraux et d’antioxydants comparativement aux produits issus de la culture conventionnelle. Ces nutriments de plus dans la culture biologique seraient dus à une production naturelle de la plante contre les menaces environnementales. C’est-à-dire, que la plante tente de se protéger contre les agresseurs en produisant ces nutriments qui s’avèrent à être bénéfique pour l’humain.

Dans l’agriculture conventionnelle, l’usage de pesticides permet d’assurer une récolte des aliments. Les pesticides sont un agent chimique ajouté à la plante pour tuer des insectes ou des animaux qui voudraient détruire la plante.

Toujours un meilleur choix pour l’environnement !

L’agriculture biologique réduit la pollution (air, eau, sol), conserve davantage l’eau, réduit l’érosion des sols et elle utilise moins d’énergie. En effet, l’agriculture biologique est meilleure pour nos animaux et également préférable pour nos fermiers, car celle-ci n’a pas utilisé des produits chimiques sur leurs récoltes tout en inhalant ces produits indésirables.

Selon des analyses de résidus de pesticides sur les aliments, certains fruits et légumes contiennent davantage de résidus que d’autres. Malheureusement, vous ne pouvez pas laver vos fruits et légumes et penser que vous avez enlevé les pesticides. Donc, selon cette analyse, voici les aliments qui sont fortement suggérés à choisir biologiques et ceux qui contiennent peu de résidus de pesticides :

Acheter ces aliments biologiques

Aliments contenant le moins de pesticides

Pomme
Poivrons
Bleuets
Céleri
Concombre
Raisins
Laitue
Nectarines
Pêches
Patates
Épinards
Fraises
Fèves vertes
Chou frisé
Carottes
Cerises
Poires
Asperges
Avocat
Chou
Cantaloup
Maïs
Aubergine
Pamplemousse
Kiwi
Mangue
Champignon
Oignon
Pois mange-tout
Ananas
Patates douces
Melon d’eau

Vous pouvez aussi télécharger l’application sur votre téléphone intelligent qui s’appelle «dirty dozen»

Quelle est la différence entre les choix biologiques et les choix locaux ?

Les choix biologiques doivent respecter les normes spécifiques pour obtenir la certification comme mentionnée ci-dessus comme n’utiliser aucun pesticide, aucun OGM ou aucun engrais de pétrole tandis que les choix locaux peuvent utiliser ces produits chimiques. Cependant, les choix locaux sont vendus près de leur lieu de production ce qui dépense moins en termes de transport. Veuillez prendre en note qu’il n’y a aucune définition spécifique sur un aliment qui se dit local. Par contre, vous pouvez en déduire que l’aliment a été produit très près du lieu de vente. Il y a plusieurs avantages de choisir local par exemple pour l’environnement moins d’usage de transport, mais aussi pour renforcir l’économie locale.

J’aimerais ajouter que les petits agriculteurs locaux utilisent souvent des méthodes biologiques sans toutefois être officiellement certifiés biologiques. Il suffit de visiter ces fermes et de parler avec les agriculteurs pour connaître la façon dont ils produisent leurs aliments.

Veuillez passer à l’action :

Voici 5 conseils pour choisir le plus souvent biologiques selon votre budget

Les aliments biologiques sont plus chers que les aliments conventionnels. Cependant, si vous définissez vos priorités et connaissez les trucs pour demeurer dans votre budget alimentaire il peut être possible d’acheter des aliments biologiques.

  • Magasinez directement chez les producteurs ou optez pour les paniers biologiques
  • Regarder les offres des coopératives alimentaires
  • Votre communauté offre des choix biologiques (jardin communautaire) ou aller voir les marchés publics
  • Acheter en grande quantité (jumelez-vous avec un collègue, un ami ou un voisin pour avoir un pouvoir d’achat plus grand)
  • Abonnez-vous aux infolettres des producteurs biologiques afin d’être à l’affût des spéciaux et comparer les prix
  • Acheter en vrac
  • Privilégiez les produits locaux et de saison
  • Faire votre propre jardin
Vous aimez? Partagez!
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page